jeudi 28 juillet 2016

Coupe de la Ligue : La prolongation supprimée

Selon nos informations, l’UEFA vient de donner son accord formel à la Ligue de football professionnel (LFP) pour supprimer la prolongation de deux fois quinze minutes en Coupe de la Ligue. A l’issue du temps réglementaire, on en viendra directement à la séance des tirs au but, saufpour la finale, qui conserve une prolongation.

Evoquée cette semaine par France Football comme une possibilité, cette innovation a également été acceptée par les deux diffuseurs de la compétition (Canal+ et France Télévisions) et devient effective cette saison.

http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Coupe-de-la-ligue-la-prolongation-supprimee/710899

mercredi 4 mai 2016

Guardiola dépité après son 3e échec consécutif avec le Bayern Munich: "J'ai donné ma vie pour cette équipe"

En inscrivant le but à l'extérieur, Antoine Griezmann a permis à l'Atletico de décrocher la 3e finale de C1 de son histoire, la première pour le talentueux N.7 français.

Sorti par le Real Madrid en 2014 puis Barcelone en 2015, Guardiola n'a pu vaincre la malédiction espagnole, au terme d'un match parfois rugueux, et durant lequel les deux gardiens ont chacun stoppé un penalty. Le Catalan a perdu son dernier match européen aux commandes du champion d'Allemagne et ne peut désormais rêver que d'un doublé Championnat-Coupe d'Allemagne avant de rejoindre cet été Manchester City.

"J'ai donné ma vie pour cette équipe, je me suis battu pour donner le meilleur. C'est tout. On n'a atteint aucune finale de Ligue des champions et je n'ai donc peut-être pas entièrement rempli ma mission ici. Mais je suis tellement fier de l'équipe. Ce soir, on a joué le football qu'on voulait jouer, il n'a manqué qu'un but. Les faits sont là, on est éliminé et il faut en convenir. C'est le football."

http://www.rtl.be/sport/football/league-des-champions/guardiola-depite-apres-son-3e-echec-consecutif-avec-le-bayern-munich-j-ai-donne-ma-vie-pour-cette-equipe--815360.aspx

Real Madrid - Manchester City - Face à Ronaldo et Bernabeu, City va devoir se métamorphoser

Cette fois, ils vont devoir montrer ce qu'ils ont dans le ventre. Incapables de se départager à l'aller (0-0), incapables de se hisser au niveau d'exigence que réclame une demi-finale de Ligue des champions, le Real et Manchester City vont devoir baisser les masques et abattre leurs cartes. Madrid a déjà démontré dans cette campagne européenne qu'il pouvait se métamorphoser sur sa pelouse de Bernabeu. Battus en quart de finale aller à Wolfsburg (2-0), les Madrilènes avaient renversé la vapeur grâce à un triplé de Cristiano Ronaldo au retour (3-0). Mauvaise nouvelle pour City, le Portugais est de retour ce mercredi après avoir raté l'aller. Même sans Karim Benzema, blessé, ni la sentinelle Casemiro, l'homme qui a stabilisé l'entrejeu merengue, le Real aura un visage bien plus menaçant que mardi dernier.

Le contexte Cette fois, ils vont devoir montrer ce qu'ils ont dans le ventre. Incapables de se départager à l'aller (0-0), incapables de se hisser au niveau d'exigence que réclame une demi-finale de Ligue des champions, le Real et Manchester City vont devoir baisser les masques et abattre leurs cartes. Madrid a déjà démontré dans cette campagne européenne qu'il pouvait se métamorphoser sur sa pelouse de Bernabeu. Battus en quart de finale aller à Wolfsburg (2-0), les Madrilènes avaient renversé la vapeur grâce à un triplé de Cristiano Ronaldo au retour (3-0). Mauvaise nouvelle pour City, le Portugais est de retour ce mercredi après avoir raté l'aller. Même sans Karim Benzema, blessé, ni la sentinelle Casemiro, l'homme qui a stabilisé l'entrejeu merengue, le Real aura un visage bien plus menaçant que mardi dernier Les Citizens, eux, n'ont pas encore livré de match référence qui laisserait croire à un exploit dans la capitale espagnole. C'est le moment ou jamais. En 8e de finale, ils se sont certes imposés sur la pelouse du Dynamo Kiev (1-3) mais les Ukrainiens ne sont pas fait du même bois que le Real. Solide en quarts, City a pu compter sur les deux plus mauvaises prestations du PSG en C1 cette saison. Le parcours en championnat des Citizens ne les rassurera pas. Ce week-end encore, avec une équipe grandement remaniée il est vrai, ils ont pris une claque sur la pelouse de Southampton (4-2). Reste que le poids de la qualification sera plus lourd sur les épaules de leurs hôtes du soir. Zidane l'a dit sans détour : ne pas se qualifier pour la finale serait "clairement un échec". Et un nul avec des buts qualifierait City. Les Anglais vont simplement devoir en montrer beaucoup plus. Eux n'ont pas un Ronaldo pour les transfigurer une semaine après une prestation bien morose. Mais la perspective de disputer la première finale de C1 de leur histoire peut leur faire déplacer des montagnes. Cela tombe bien, City est au pied de l'Everest.

jeudi 28 avril 2016

la Ronaldo-dépendance du Real est poussée à l'extrême

LIGUE DES CHAMPIONS – Neutralisé par une faible équipe de City ce mardi à l’Etihad Stadium, le Real Madrid est cependant en bonne position pour accéder à la finale le 28 mai prochain. Mais sans Ronaldo, les limites de ce Real semblent rédhibitoires. Notre antisèche.

Le jeu : Indigne d’une demi-finale de C1 Imprécisions techniques, manque de rythme et surtout d’envie. 

Alors que Manchester City découvrait ce stade de la compétition, les hommes de Manuel Pellegrini n’ont pas apporté le vent de fraîcheur attendu. Pire, leur seul mérite a été de faire déjouer le Real aligné dans son 4-3-3 habituel. Un match ennuyant qui a fini par s’accélérer dans les dernières minutes. Mieux physiquement, les Madrilènes ont montré qu’ils avaient une marge bien supérieure à celle de City. Et que les Citizens risquent de souffrir au retour. Les joueurs :

 Hart au niveau, Agüero transparent 

Dans un match fermé, difficile de faire émerger des joueurs. Joe Hart a tenu son rang en sauvant les Citizens en fin de match alors que l’arrière garde mancunienne, Kompany en tête, a livré une prestation sérieuse. Devant, en revanche, Sergio Agüero a été l’ombre de lui-même et n’a jamais été en position de faire la différence. Du côté de Madrid, Gareth Bale n’a pas démérité mais n’a pas su prendre en main le destin de son équipe en l’absence de Ronaldo et après la sortie de Benzema, remplacé à la mi-temps. Modric a touché beaucoup de ballons sans réellement créer de décalages tandis que Toni Kroos n’a su faire parler sa précision que sur coup de pied arrêté. Seule satisfaction : le nouveau bon match de Marcelo, actif sur son flanc gauche.

http://www.eurosport.fr/football/ligue-des-champions/2015-2016/l-antiseche-la-ronaldo-dependance-du-real-est-poussee-a-l-extreme_sto5508082/story.shtml

L'antisèche : Guardiola s’est trompé, le Bayern l’a payé face à l'Atlético

LIGUE DES CHAMPIONS – Battu par une équipe de l'Atlético toujours aussi impressionnante, le Bayern a affiché ses limites tactiques en première période. Les choix de Pep Guardiola n'ont pas été payants. L'Espagnol devra trouver autre chose pour disputer sa première finale de Ligue des champions avec les Bavarois.

Le jeu : l'opposition de style était attendue, elle n'a pas déçu C'était le duel des opposés. Le feu contre la glace. La possession contre le contre. Le premier round promettait d'être spectaculaire, il l'a été. Si l'Atlético a eu le dernier mot, c'est grâce à sa première période d'une maîtrise collective époustouflante. Pendant que le Bayern tâtonnait dans un 4-3-3 assez inhabituel, l'Atlético ne s'est pas posé de question. Il a démarré pied au plancher en sortant sa panoplie habituelle : pressing intense, harcèlement des milieux adverses, application défensive et solidité à toute épreuve. C'était du grand art tactique. Malgré sa première période désastreuse, le Bayern Munich a montré son vrai visage dans les 45 dernières minutes. Un peu comme face à la Juventus en 8e de finale retour, les Bavarois ont couru après le score. Mais cette fois-ci, ils n'ont pas trouvé la faille. Il y avait des espaces, il y a eu des opportunités, mais l'Atlético a répondu avec sa meilleure arme : la grinta. Il n'a rien cédé. Comme toujours.

http://www.eurosport.fr/football/ligue-des-champions/2015-2016/l-antiseche-guardiola-sest-trompe-le-bayern-la-paye-face-a-l-atletico_sto5532927/story.shtml

lundi 25 avril 2016

Real Madrid - Gareth Bale : "Je n'ai jamais eu de problèmes avec Cristiano Ronaldo"


Depuis l'arrivée de Bale au Real Madrid en 2013, sa relation avec Cristiano Ronaldo a toujours fait l'objet de spéculations. Difficile d'exister aux côtés de la star du club qui a remporté trois Ballons d'Or. Certaines séquences sur le terrain ont même laissé penser qu'il n'y avait pas une bonne entente entre les deux coéquipiers. Mais pour Gareth Bale, qui a accordé une interview au Times avant la demi-finale aller de C1 face à Manchester City, tout se passe très bien entre les deux mastodontes de l'effectif du Real Madrid.
"Je n'ai jamais eu une dispute avec lui. C'est un joueur très, très, passionné sur le terrain - tout le monde sait ça. Il est très déterminé. Parfois les gens voient ça du mauvais côté mais il n'y a aucun problème avec ça," a détaillé le Gallois au moment d'évoquer sa relation avec le Portugais. Il a même évoqué un lien particulier entre les deux hommes : "Nous sommes aussi liés par le fait que nous avons tous les deux évolué en Premier League. On s'entend très bien. La presse a beaucoup écrit sur le fait que ce n'était peut-être pas vrai mais on s'entend bien. On n'a jamais eu de problème."

http://www.eurosport.fr/football/ligue-des-champions/2015-2016/real-madrid-gareth-bale-je-n-ai-jamais-eu-de-problemes-avec-cristiano-ronaldo_sto5475369/story.shtml

Football : l’Algérien Riyad Mahrez élu meilleur joueur du championnat anglais

Riyad Mahrez, l’un des joueurs phare de Leicester City, a été élu, dimanche 24 avril, meilleur joueur du Championnat d’Angleterre cette saison par l’Association des footballeurs professionnels (PFA), un prix qui récompense sa large contribution à la réussite de son club, en route pour un sacre historique.

Le milieu de 25 ans, international algérien, a déjà inscrit 17 buts et distillé 11 passes décisives cette saison avec son club. Mahrez est le premier joueur africain à obtenir ce prix et il succède au Belge Eden Hazard (Chelsea), qui avait reçu la récompense l’an passé.

La récompense est d’autant plus belle pour Mahrez qu’il vient de loin. Leicester, à l’époque en 2e division anglaise, l’avait recruté en 2014 alors qu’il évoluait en Ligue 2 française, au Havre. Né à Sarcelles, Mahrez arrive au Quimper CFC en 2009, alors en CFA. Très rapidement il attire l’œil du Havre, avec qui il joue d’abord en équipe B, encore en CFA, avant de passer professionnel en 2011, toujours sous les couleurs du HAC.